Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 17:19

Ambrose Evans-Pritchard est un journaliste britannique célèbre et spécialiste de l'Union Européenne. L'intégralité de l'article est disponible ici.

Image 3-copie-3Ainsi, nous entrons dans l'an IV de la crise, la plus cruelle mais pas encore la plus aiguë. Le rétrécissement du noyau AAA va laisser l'Allemagne seule renflouer le FESF, jusqu'à ce que le poids des passifs éventuels mette en danger l'Allemagne elle-même.

 

 

 

 

Il n'y aura pas d'explosion de crédit chinoise cette fois, pas une aide importante de l'Inde ou du Brésil débordé.

Ce sera une récession mondiale sur tous les fronts, l'abandon de ce qui reste de la reprise, avant même que la production industrielle dans le bloc de l'OCDE ait retrouvé son niveau d'avant-crise.

La deuxième vague va frapper avec le chômage des jeunes déjà à 45% en Grèce et 49% en Espagne, et avec le taux des actifs américains au travail déjà à des niveaux de dépression de seulement 64%.

Nous entendrons parler davantage de l'Italie des Brigades Rouges, de la Grèce des révolutionnaires, et les milices de l'Amérique, et comment les démocraties tentent d'y répondre.


Puisque le but des prévisions de fin d'année est de prendre des risques, permettez-moi d'annoncer que la Chine va dévaluer le yuan en 2012. Cela augmentera encore sa capacité d'exportation dans un monde déflationniste, jusqu'à ce que l'Occident se venge et commence à tourner le dos à la mondialisation. Les sorties de capitaux vont s'accélérer. L'idée que la Chine peut sauver tout le monde paraîtra vraiment ringarde.

Le yen fort a déjà poussé le Japon dans la déflation et la récession. La dette publique a atteint un quadrillion de yens, comme l'indique avec amertume R&I, l'agence de notation
de Tokyo, quand elle a dépouillé le Japon de sa notation AAA le mois dernier. Sa dette est de 12,8 billions de dollars, soit 4 fois celle de l'Italie et l'Espagne.


L'Amérique va sembler résistante pendant quelques mois. L'accord sur les salaires a permis d'éviter un choc fiscal, mais c'est tout. La croissance monétaire (M3) a explosé, et le ralentissement pointe.

La deuxième étape de notre hiver de Kondratieff intervient à un moment terrible pour la zone euro, tout comme la fracture Nord-Sud s'avère mortelle.

La Banque centrale européenne s'est assurée des problèmes graves en laissant se contracter la masse monétaire M3. La rigueur budgétaire en pleine récession ne fera qu'empirer les choses. Un resserrement du crédit du au fait que les banques réduisent les  prêts de 1000 milliards d'euros pour respecter les nouveaux ratios de fonds propres fera le reste. Tous les leviers de la politique sont orientés vers une profonde récession, et  ce que l'Europe obtiendra
est   une récession sévère.

L'union monétaire est trop endommagée pour parer à ces coups. La BCE de Mario Draghi va réduire son taux directeur à 0.5% en Février, juste pour garder le rythme de resserrement passif. Des rachats hésitants d'obligations italiennes et espagnoles vont aboutir sur plus de mal que de bien. En réduisant les détenteurs d'obligations existantes au rang de junior, la BCE est certaine d'un lent exode. Draghi le sait. Ses mains sont liées.

La Bundesbank déclenchera une guérilla contre la planche à billets à travers les pages de Die Welt et Handelsblatt, paralysant le conseil de la BCE jusqu'à ce qu'Angela Merkel commande à Weidmann Jens de se désister.

D'ici là, il sera trop tard. La contraction de l'économie fera des ravages sur les budgets en Italie, en Espagne, au Portugal et en France. Pour réduire le déficit, la seule austérité est une tâche digne de Sisyphe. Les
dirigeants du Club Med ne seront pas en mesure de faire face à la colère populaire provoquée par ces stratégies de la terre brûlée dignes des années 1930.

La politique va se fracturer davantage, entre la gauche dure et l'extrême-droite. Le Front national de Marie Le Pen va combattre le Maréchal Sarkozy dans la présidentielle en invoquant le «terroir» et l'
ancien franc. Un niveau croissant de contraintes sera nécessaire pour maintenir le projet de l'euro, alors que les commissaires de l'UE mangeront seuls dans les territoires administrés de la Grèce et l'Italie.

Loin de protéger les notations de crédit, les politiques européennes
vouées à l'échec apporteront une tempête de dégradations. Le AAA de la France s'en ira, de toute évidence. De même que celui de l'Autriche au moment même ou la crise bancaire s'approfondira en Hongrie, en Ukraine et en Croatie. Il faudra aussi regarder d'un peu plus près l'endettement des ménages en Hollande, qui dépasse les 270% du revenu disponible.

Le rétrécissement du noyau AAA va laisser l'Allemagne seule étayer le FESF, jusqu'à ce que le poids des passifs éventuels mette en danger l'Allemagne elle-même. Cela va accaparer les esprits.

Le Président français Hollande essayera de "trianguler", jouant la carte latine pour déprimer Berlin et forcer un changement de politique. Les sacrifices au Portugal imposés par la Troïka seront tout aussi futiles que les efforts grecs auparavant. Le deuxième renflouement de
Lisbonne viendra au moment même où les diplômés Grecques passeront des émeutes à l'insurrection. L'Italien Silvio Berlusconi va essayer d'arracher le pouvoir à nouveau en jettant de l'huile sur le feu contre les "Tedeschi". La patience du Bundestag cessera face à un tel désordre partout.

L'Allemagne ne sera pas en mesure de brouiller la zone euro plus longtemps. Il faudra soit s'immoler elle-même, en acceptant une union de la dette et l'inflation interne pour sauver une monnaie qu'elle n'a jamais voulue et qu'elle n'aime pas, ou opter plutôt pour défendre la souveraineté budgétaire et l'essence de sa propre démocratie, et laisser mourir le projet d'euro-maginot.

La chancelière maline, trompeuse et glacée, va tranquillement chasser l'européiste Wolfgang Schäuble, et laisser mourir le projet de monnaie unique pour 17 peuples très différents, toujours en prétendant le contraire.

Juste une intuition. Guten Rutsch.

Partager cet article

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sortir de l'euro 2012
  • Sortir de l'euro 2012
  • : SORTIR DU TITANIC AVANT QU'IL NE COULE!! Ce blog vise à permettre au plus grand nombre de citoyens d'ouvrir les yeux sur la triste réalité du désastre de l'euro, dont le bilan catastrophique est désormais incontestable et dont la fin inéluctable se rapproche à grands pas.
  • Contact

Recherche