Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 16:04

Vous pouvez retrouver cet article "Legends of the Fail"du prix Nobel P.Krugam paru dans le NYTimes du 10 novembre dernier ici.

 

 

Krugman New-articleInlineC'est ainsi que l'euro se termine - non pas avec un bang mais avec un bunga bunga. Il n'y a pas si longtemps, les dirigeants européens prétendaient que la Grèce pouvait et devait rester dans l'euro tout en payant l'intégralité de ses dettes. Maintenant, avec l'Italie qui tombe de la falaise, il est difficile de voir comment l'euro peut survivre.
  
Mais quel est le sens de cet eurodebacle? Comme c'est toujours le cas lors des catastrophes, il y a une ruée d'idéologues qui prétendent que la catastrophe justifie leurs points de vue. Il est donc temps de commencer à déboulonner ces mensonges.

Tout d'abord: La tentative de créer une monnaie commune européenne a été une de ces idées qui transcendent les sensibilités politiques traditionnelles. Elle a été acclamée par les américains de droite, qui la considéraient comme une sorte de nouvel étalon-or, et par la gauche britannique, qui y voyaient un grand pas vers une Europe sociale-démocrate. Mais elle a été critiquée par les conservateurs britanniques, qui l'ont également vue comme une étape vers une Europe sociale-démocrate. Et elle a été mise en doute par les américains de gauche, qui s'inquiètaient - à juste titre, je dirais- de ce qui se passerait si les pays ne pouvaient pas utiliser les politiques monétaires et budgétaires pour lutter contre la récession.

Alors maintenant que le projet euro est en train de s'effondrer, quelles leçons doit-on en tirer?

J'ai entendu deux revendications, à la fois fausse: que les malheurs de l'Europe reflètent l'échec des Etats-providence en général, et que la crise de l'Europe plaide en faveur d'une austérité budgétaire immédiate aux Etats-Unis.

L'affirmation que la crise de l'Europe prouve que l'État-providence ne fonctionne pas vient de nombreux républicains. Par exemple, Mitt Romney a accusé le président Obama de prendre son inspiration européenne "démocrate socialiste" et a affirmé que "l'Europe ne fonctionne pas en Europe." L'idée, sans doute, est que les pays en crise sont en difficulté parce qu'ils gémissent sous le poids des dépenses publiques élevées. Mais les faits disent le contraire.

Il est vrai que tous les pays européens ont des prestations sociales
plus généreuses - y compris les soins de santé universels - et des dépenses publiques plus fortes que l'Amérique. Mais les nations en crise n'ont pas des États-providence plus importants que les nations qui se portent bien - la corrélation se fait d'ailleurs plutôt dans le sens inverse. La Suède, avec ses avantages sociaux élevés, est une vedette, l'un des rares pays dont le PIB est désormais supérieur à ce qu'il était avant la crise. Dans le même temps, les «dépenses sociales» ont été plus faibles, avant la crise, dans tous les pays aujourd'hui en difficulté qu'en Allemagne, sans parler de la Suède.

Oh, et le Canada, qui a des soins de santé universel et des aides sociales beaucoup plus généreuses qu'aux Etats-Unis, a mieux
résisté à la crise que nous.

La crise de l'euro, ainsi, ne dit rien sur la pérennité de l'État-providence. Mais nous enseigne-t-telle qu'il faut serrer la ceinture dans une économie déprimée?

Vous entendez çela tout le temps. Amérique, nous dit-on, il vaut mieux réduire les dépenses tout de suite ou nous finirons comme la Grèce ou l'Italie. Encore une fois, cependant, les faits racontent une autre histoire.

Tout d'abord, si vous regardez à travers le monde vous voyez que le facteur déterminant pour la hausse des taux d'intérêt n'est pas le niveau de la dette publique, mais la capacité d'un gouvernement à emprunter dans sa propre monnaie. Le Japon est beaucoup plus endetté que l'Italie, mais le taux d'intérêt sur les obligations à long terme du Japon n'est que d'environ 1% contre 7%
pour l'Italie. Les perspectives budgétaires de la Grande-Bretagne semblent pire que celles de l'Espagne, mais la Grande-Bretagne peut emprunter à un peu plus de 2%, tandis que l'Espagne paie près de 6%.

Qu'est-ce qui s'est passé, il s'avère que, en intégrant (le désastre de) l'euro, l'Espagne et l'Italie (et la France) se sont en effet elles-mêmes réduites au statut de pays du tiers monde qui sont contraints d'emprunter dans une devise étrangère avec toute la perte de souplesse que cela implique. En particulier, comme les pays de la zone euro ne peuvent pas battre monnaie, même en cas d'urgence, ils sont soumis à des perturbations de financement alors que les nations qui ont conservé leur propre monnaie (et donc leur liberté) ne le sont pas - et le résultat est ce que vous voyez en ce moment (ie la catastrophe). L'Amérique, qui emprunte en dollars, n'a pas ce problème.

L'autre chose que vous devez savoir est que dans le contexte de la crise actuelle, l'austérité a été un échec partout où il a été essayé: aucun pays avec des dettes importantes a réussi à retrouver le chemin du retour sur les marchés financiers. Par exemple, l'Irlande est le "bon élève" de l'Europe, après avoir répondu à ses problèmes d'endettement par une austérité brutale qui a poussé son taux de chômage à 14%. Pourtant, le taux d'intérêt sur les obligations irlandaises sont toujours au-dessus de 8%- encore pire que l'Italie.

La morale de cette histoire est qu'il faut se méfier des idéologues (n'est ce pas M.Attali?) qui tentent de détourner la crise européenne au nom de leurs propres intérêts. Si nous écoutons ces idéologues, ce que nous ferons c'est aggraver nos propres problèmes - qui sont différents de ceux de l'Europe, mais sans doute tout aussi graves.

Partager cet article

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sortir de l'euro 2012
  • Sortir de l'euro 2012
  • : SORTIR DU TITANIC AVANT QU'IL NE COULE!! Ce blog vise à permettre au plus grand nombre de citoyens d'ouvrir les yeux sur la triste réalité du désastre de l'euro, dont le bilan catastrophique est désormais incontestable et dont la fin inéluctable se rapproche à grands pas.
  • Contact

Recherche