Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 11:46

Article paru dans lefigaro.

 

Les Finlandais, comme les Allemands, les Néerlandais, las Autrichiens et les Luxembourgeois, ne se sentent absolument pas solidaires des pays d'Europe du Sud et préfèrent sortir de l'euro pour protéger leurs contribuables que de renflouer ad vitam eternam le tonneau des danaïdes des "pays du Club Med". Comment pourrait-il en être autrement puisqu'il n'y a pas de peuple européen? Les Finlandais se moquent éperdument des Chypriotes, les Allemands méprisent les Grecs, les Autrichiens n'ont que faire des Portugais etc. L'Europe est un continent, une délimitation géographique mais ne sera JAMAIS une Nation. N'en déplaise à M.Hollande et aux européistes français, il ne faut surtout pas parler à nos voisins d'Europe du nord de budget commun européen, d'euro-obligations, de solidarité financière etc Ca sera NEIN, comme l'a déjà rappelé 150 fois Mme Merkel qui défend les intérêts de son peuple contrairement aux dirigeants français, grecs et italiens... Reste donc la conclusion logique: permettre aux pays du Sud, dont la France, de dévaluer pour retrouver la compétitivité et de se financer en empruntant à taux zéro auprès de leurs banques centrales nationales plutôt qu'à des taux exorbitants auprès des marchés financiers. Cela impose nécessairement de se libérer du carcan de l'euro-maginot!

 

€menottes

 

La Finlande préfère se préparer à sortir de l'euro plutôt qu'à payer les dettes des autres pays de la zone euro, affirme la ministre finlandaise des Finances Jutta Urpilainen dans le quotidien financier Kauppalehti d'aujourd'hui.

"La Finlande est engagée à être membre de la zone euro et nous estimons que l'euro est bénéfique pour la Finlande. Toutefois, la Finlande ne s'accrochera pas à l'euro à n'importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie unique européenne, déclare-t-elle.

"La responsabilité collective pour les dettes et les risques d'autres pays n'est pas ce à quoi nous devons nous préparer". Mme Urpilainen a reconnu dans un entretien accordé au quotidien finlandais Helsingin Sanomat publié hier que la Finlande, un des derniers pays de la zone euro a bénéficier d'une note de crédit triple A, "représentait une ligne dure" vis-à-vis des plans d'aides financières. "Nous sommes constructifs et nous voulons résoudre la crise, mais pas à n'importe quelles conditions", affirmait-elle.

Partager cet article

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Un déni de démocratie
commenter cet article

commentaires

alemany 15/07/2012 18:36

Plein d'espoir, j'entreprends la lecture de cette article et je tombe sur cette expression, "les pays du club med". Cela sent le racisme anti-sud à la con. Il y a plus nord les pays des bourriques
avec des oeillères qui entraînent l'Europe dans la pauvreté, les pays des gros lards, des ivrognes, des pédophiles et des mange-merde, le pays des nazis et des cerveaux épais, le pays des gros
bides. Les pays du Sud retrouveront leur santé lorsqu'ils seront délivrés des teutons.

Présentation

  • : Sortir de l'euro 2012
  • Sortir de l'euro 2012
  • : SORTIR DU TITANIC AVANT QU'IL NE COULE!! Ce blog vise à permettre au plus grand nombre de citoyens d'ouvrir les yeux sur la triste réalité du désastre de l'euro, dont le bilan catastrophique est désormais incontestable et dont la fin inéluctable se rapproche à grands pas.
  • Contact

Recherche