Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 22:12

Article paru dans le figaro.

 

Alors que le monde entier est en croissance.... La plupart des pays pris au piège de l'euro (re)plongent dans la récession!! Ils sont asphyxiés par un taux de change largement surévalué depuis au moins 10 ans et affaiblis par les plans d'austérité aussi injustes que contre-productifs imposés par Bruxelles, Merkel et le FMI. Ainsi, la zone "euro-qui-nous-protège" réussit cette prouesse d'être la seule en récession cette année!!

 

 

Euro-menottes

À court terme, trois menaces pèsent sur l'Union monétaire et inquiètent les marchés : la Grèce, l'Espagne et l'Italie.

La zone euro est à nouveau en danger. À court terme, trois menaces pèsent sur l'Union monétaire et inquiètent les marchés: la Grèce, qui risque de sortir de l'euro, si, à l'issue du scrutin du 17 juin, elle abandonne les réformes exigées par ses bailleurs de fonds ; l'Espagne qui pourrait être le prochain pays candidat à un plan de sauvetage européen, tant ses banques sont affaiblies par des créances douteuses ; l'Italie qui peine à mettre en place les réformes nécessaires au remboursement de sa dette colossale de 1900 milliards d'euros, l'une des plus lourdes au monde après les États-Unis et le Japon.

C'est la crise politique en Grèce qui a fait ressurgir le risque d'éclatement de l'euro. La crainte d'un retour à la drachme a déclenché une panique bancaire en Grèce: plus d'un milliard d'euros ont été retirés des banques en une semaine. Incontrôlable, cette ruée sur les guichets s'est vite propagée à l'Espagne, où d'importants retraits ont été enregistrés auprès de Bankia, quatrième banque espagnole, la plus grande en termes de dépôts, au cœur de toutes les inquiétudes européennes.

«L'Euroland», seule zone économique en récession

Même démentie, la ruée sur les guichets est un signe de crise très inquiétant pour les dirigeants européens. Une panique bancaire est difficile à endiguer au niveau des États. Seule une intervention illimitée de la BCE peut y mettre fin...

Ces problèmes financiers en cascade, qu'il s'agisse de dette publique ou de leur dette privée, pèsent lourd sur la croissance de «l'Euroland», seule zone économique en récession avec un chômage en hausse à 10,8 % en 2012, d'après les dernières prévisions de l'OCDE. Sans surprise, c'est la Grèce qui affiche le recul du produit intérieur brut (PIB) le plus marqué: - 5,3 % prévus en 2012, - 6,9 % en 2011, soit 20 milliards d'euros de revenus en moins pour les Grecs en deux ans!

La cure d'austérité imposée depuis trois ans par l'UE et le FMI n'est pas étrangère à cette perte brutale de revenus. Mais au grand désespoir des autorités grecques, elle ne s'est encore traduite par aucun gain de compétitivité. La récession s'annonce moins forte en Espagne et en Italie, où le PIB reculera respectivement de 1,6 % et 1,7 % du PIB, en 2012. Mais la grogne sociale monte: révolte fiscale en Italie et grèves à répétition dans la fonction publique en Espagne.

Soutien public inévitable

Si l'Italie inquiète toujours les marchés, Espagne, leur donne des sueurs froides. La crise bancaire s'y aggrave de jour en jour. Le montant des pertes sur créances douteuses pourrait atteindre 260 milliards d'euros, d'après l'Institut international de la finance (IIF). Les banques espagnoles sont en train de lever 184 milliards d'euros de capitaux propres, ce qui laisse un déficit de 76 milliards d'euros. Un soutien public paraît inévitable, mais l'Espagne refuse toute aide extérieure.

Mariano Rajoy prétend pourvoir recapitaliser seul ses banques. Il rejette la main tendue européenne, par peur de perdre le contrôle de son secteur financier. Les marchés auront-ils autant de susceptibilité? Rien n'est moins sûr.

 

€menottes

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sortir de l'euro 2012
  • Sortir de l'euro 2012
  • : SORTIR DU TITANIC AVANT QU'IL NE COULE!! Ce blog vise à permettre au plus grand nombre de citoyens d'ouvrir les yeux sur la triste réalité du désastre de l'euro, dont le bilan catastrophique est désormais incontestable et dont la fin inéluctable se rapproche à grands pas.
  • Contact

Recherche