Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 23:18

 

   
 

 
Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 07:16

Article paru dans le monde diplomatique

 

Image 1-copie-9

 

Difficile de traduire plus brutalement le mot de « compétitivité » dont, depuis des mois, se gargarisent ministres, responsables de l’opposition, chefs d’entreprises et grands médias (lire dans Le Monde diplomatique d’octobre, en vente en kiosques, l’article de Gilles Ardinat, « La compétitivité, un mythe en vogue »). A la fin d’un entretien réalisé à Washington et publié jeudi 4 octobre par Le Figaro, Mme Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), se voit poser la question suivante : « Le FMI tente de faire baisser les prix à l’échelle de la zone euro pour compenser le fait qu’il [l’euro] ne puisse dévaluer. Est-ce réalisable ? »

En langage plus direct, le journaliste du Figaro, Pierre-Yves Dugua, suggère ceci : dès lors que la parité de l’euro ne dépend plus guère d’une décision des gouvernants européens (comme c’était le cas quand la monnaie d’un pays en situation de déficit commercial pouvait être dévaluée, et une autre, d’un pays en situation d’excédent commercial, réévaluée), la « compétitivité » européenne ne peut plus être rétablie par le biais du taux de change. Par conséquent, les Etats en quête de « compétitivité » doivent provoquer la baisse des prix de leurs exportations par un biais non monétaire. Et, par exemple, le faire en comprimant les coûts de leur production (salaires, profits, marges des distributeurs, etc.). « Est-ce réalisable ? », demandait donc assez justement le journaliste du Figaro.

La réponse de Mme Lagarde constitue une véritable leçon de libéralisme pur et dur. Oui, explique en substance la directrice générale du FMI, mais il faut baisser les salaires ; c’est d’ailleurs ce que font déjà les Grecs, les Espagnols et les Portugais. Citons Mme Lagarde : « On l’espère, bien sûr [qu’il est réalisable de faire baisser les prix européens pour retrouver de la compétitivité]. Un des signes avant-coureurs du succès de cette approche est la reprise des exportations. En faisant baisser les prix des facteurs de production, en particulier le prix du facteur travail, on espère rendre le pays plus compétitif et plus intéressant pour les investisseurs étrangers. On le voit déjà un peu au Portugal, en Espagne, et on commence à le voir un peu en Grèce (1)  »

Résumons : comme l’euro est une monnaie qu’on ne dévalue pas, la relance des exportations doit passer avant tout par la baisse des prix. Celle-ci découlera principalement de la baisse des salaires, pas de celle des profits, laquelle serait sans doute moins « intéressante pour les investisseurs étrangers ». Et l’exemple de cette stratégie que recommande le FMI est déjà donné par les pays d’Europe du Sud. Ceux-là même dont une partie de la population plonge dans la précarité, voire la misère, du fait des politiques d’austérité recommandées par Mme Lagarde.

Il y a peu, justement, le New York Times évoquait la situation de la Grèce. Et le quotidien américain insistait, presque surpris, sur le caractère intraitable du FMI, toujours demandeur de nouvelles baisses des salaires (et des pensions de retraite) à un gouvernement de droite, certes bien disposé à l’égard de l’institution financière et de la « troïka » (Union européenne, Banque centrale européenne et FMI), mais un peu las de tailler à la hache dans les salaires, les emplois et les budgets sociaux d’un peuple déjà très éprouvé.

« De nombreux Grecs parlent à présent de désordres civils quand le froid va s’installer et que beaucoup de gens ne pourront plus payer leur chauffage, indiquait le New York Times. Les prix de l’énergie, y compris de l’essence, ont augmenté, or les Grecs ne peuvent plus tirer sur leur épargne pour absorber ce genre de dépenses. Par ailleurs, on s’interroge sur la disposition de la police à maintenir l’ordre dès lors qu’elle aussi doit subir des baisses de salaires. La semaine dernière, des policiers qui manifestaient devant le bureau du premier ministre ont dû être repoussés par des brigades anti-émeutes (2)  »

Jusqu’à quelle extrémité Mme Lagarde et le FMI comptent-ils aller dans le sens d’une baisse supplémentaire du « facteur travail » en Europe ? Interpellée en novembre 2007 par ceux qui se plaignaient du niveau élevé du prix de l’essence, Mme Lagarde, nommée quelques mois plus tôt ministre de l’économie et des finances par M. Nicolas Sarkozy, avait répondu qu’ils feraient mieux de recourir à un vélo plutôt que de continuer à utiliser — comme elle — une voiture. Cette fois encore, les conseilleurs du FMI ne sont pas les payeurs : pendant que les Grecs, soucieux de faire baisser le prix de leur « facteur travail », deviendront eux aussi cyclistes (ou entameront un régime alimentaire), Mme la Directrice générale continuera, elle, à gagner 551 700 dollars par an (427 000 euros) — soit 11 % de plus que son prédécesseur. Nets d’impôts, bien entendu.

A ce prix, les avis du FMI sont-ils encore « compétitifs » ?

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 22:54

Article de la RTBF disponible ici.

Alors que le prix Nobel de la paix vient d'être scandaleusement attribué à l'union européenne, qui piétine la démocratie et la volonté des peuples depuis des années, le ministre Suèdois des finances recommande à la Grèce de se libérer de l'euro pour retrouver la compétitivité et la croissance et échapper à la misère.

Le jeune ministre suédois des Finances Anders Borg a estimé à la radio publique SR vendredi qu'il serait préférable pour la Grèce d'abandonner l'euro pour redresser son économie.

images-copie-27.jpg"Si elle devait quitter la zone euro, il est probable qu'elle retrouverait sa compétitivité, et qu'alors la Grèce pourrait se remettre sur pied par la suite", a déclaré M. Borg, interrogé en marge de l'assemblée du Fonds monétaire international à Tokyo.

"C'est une voie pénible et compliquée mais il est difficile d'en voir une autre qui pourrait fonctionner", a-t-il ajouté.

La Suède, qui se refuse à rejoindre la zone euro, a publiquement exprimé son scepticisme face à la solidarité financière entre Etats européens en disant son opposition à un projet d'union bancaire européenne.

Selon Stockholm, ce projet risque de faire assumer à des Etats qui appliquent une surveillance stricte à leur secteur bancaire le coût de sauvetage d'établissements d'autres pays en difficulté.

La Grèce, avec le soutien de la majorité de son opinion publique, cherche à garder l'euro malgré un manque de compétitivité qui devrait lui faire connaître en 2013 une sixième année consécutive de recul du produit intérieur brut, selon les prévisions d'Athènes.

 

images-copie-5

 

PS: Vous voulez savoir pourquoi l'économie suédoise, qui a le système de sécurité social le plus généreux et les dépenses publiques les plus élevées du monde, se porte bien mieux que la zone euro depuis 10 ans? Nous vous recommandons cette vidéo : Faut-il avoir peur de sortir de l'euro?

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 09:30

 Article paru dans la tribune.

Le 6 octobre 2008, les trois grandes banques islandaises faisaient faillite, provoquant une grave crise dans ce petit pays. Mais à présent, l'économie va beaucoup mieux grâce à une méthode inverse de celle suivie dans la zone euro.

getCrop-copie-1.jpg

 

Voici quatre ans, le 6 octobre 2008, le premier ministre islandais d'alors, Geir Haarde, provoque une onde de choc sur ce petit pays de 320.000 habitants. Trois semaines après la faillite de Lehman Brothers, il annonce que les trois grandes banques du pays, Kaupthing, Glitnir et Landsbanki, sont désormais incapables de faire face à leurs engagements. L'île nordique entre alors dans une des crises économiques les plus sévères de son histoire.


Un pays redressé


Quatre ans plus tard, l'économie islandaise affiche de nouveau une santé des plus robustes. Le PIB, qui avait reculé de 6,6% en 2009 et de 4% en 2010, devrait croître de 2,1% cette année, bien plus que le niveau de la plupart des pays européens. Le déficit budgétaire, de 13,5% du PIB en 2008 devrait être équilibré l'an prochain. Le chômage, qui était monté à près de 8% de la population active en 2010 devrait redescendre en 2013 à près de 5%. Enfin, le prêt d'urgence du FMI, de 2,1 milliards d'euros a été remboursé en avance.

Pas de pitié pour les banques et les créanciers

Comment l'Islande a-t-elle réalisée ce «miracle»? En suivant, il faut bien le dire, le chemin inverse de celui où s'est engagée la zone euro depuis 2010. Première clé du succès islandais : Reykjavik n'a «jamais essayé de sauver ses banques», comme le remarquait récemment le ministre de l'Industrie, Steingrimur Sigfusson au quotidien allemand FAZ. Les trois géants bancaires, dont les bilans cumulés étaient 10 fois supérieurs au PIB du pays, n'ont pas été recapitalisés. Les créanciers étrangers ont été mis à contribution d'emblée. Reykjavik n'a jamais tenté de sauver leur mise, comme cela a été le cas pour les créanciers islandais. Ainsi, il n'y a pas eu, comme en Espagne, de transfert du risque bancaire vers les finances publiques.


Une dévaluation réussie


Mais la vraie raison du succès islandais, c'est la dévaluation de la couronne qui a atteint jusqu'à 70%. Certes, cette baisse de la monnaie dans une économie si dépendante de l'étranger a provoqué une inflation qui a frôlé les 18% en rythme annuel au cours de l'année 2009 (elle atteint encore 4,3%). Il a fallu ralentir la hausse des salaires en 2009 et 2010. Mais cette baisse de la monnaie nationale a permis aux «parties saines» de l'économie nationale de profiter à plein de la reprise de l'économie mondiale. Ces parties saines sont principalement la pêche et le tourisme (le nombre de touristes est en hausse de 16% sur un an en 2012). Deux éléments qui ont permis au pays de bénéficier d'un fort et constant excédent courant. Au final, cet argent réinvesti dans l'économie nationale a créé un cercle vertueux en relançant les investissements.


Mécontentement


L'histoire du redressement islandais n'est certes pas un conte de fées. La population a été traumatisée par l'apparition d'une pauvreté et d'une précarité jusqu'ici inconnues. Reykjavik a fortement augmenté ses impôts, notamment sur les entrepreneurs, comme nul autre pays d'Europe depuis 2008. Du reste, le gouvernement social-démocrate qui avait déboulonné les conservateurs en 2009 après la crise est aujourd'hui au plus bas dans les sondages. Le pays est également très divisé sur la question de l'adhésion à l'UE et l'adoption de l'euro, vantée récemment par la banque centrale. Il est vrai que cette perspective, attractive voici quatre ans, l'est beaucoup moins aujourd'hui.


Un modèle?


L'Islande peut-elle être un modèle? Difficilement. La taille du pays rend la transposition de cette expérience difficile. Mais elle montre que la voie européenne qui consiste à se préoccuper d'abord des intérêts des créanciers et des banques n'est pas sans alternative. De même, elle prouve qu'il peut y avoir des expériences de dévaluations réussies, alors que l'on prétend que toute sortie de l'euro provoquerait la ruine des pays concernés.

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 18:51

Article paru ds la Tribune.

Les discours des dirigeants européens semblent de moins en moins cohérents avec la réalité. Aucune prise de conscience de la situation de la croissance européenne ne semble d'actualité.

Le radeau de la Méduse, de Guillemet et Ronjat, copie du tableau de Géricault. Copyright Reuters

Les dirigeants européens sont-ils embarqués dans une «nef des fous» digne de ce que Sebastien Brant décrivait au 15e siècle dans un des premiers romans européens? On ne serait pas loin de le croire si l'on prend la peine d'observer la situation. Ainsi, Mario Monti a bombé le torse lundi en affirmant que l'Italie a «contribué à mettre en place des politiques de croissance en Europe». Mettre en place des politiques de croissance! Celui-là même qui, par sa politique, a cassé le peu de croissance qui restait à l'Italie. Et alors que l'on venait d'apprendre que son propre gouvernement avait révisé à la baisse sa prévision de contraction du PIB de la péninsule de 1,2 à 2,4%! Mais sans doute n'y a-t-il là aucune contradiction puisque l'OCDE qui tenait la conférence où s'exprimait le président du conseil italien a appelé à «poursuivre les réformes du gouvernement italien» qui, précisément, ont plongé le pays dans la crise.


Croissance et austérité ensemble (!!?!!?)

Mais de ce côté-ci des Alpes, la schizophrénie n'est pas moindre. Ce mardi matin sur France Inter, le ministre français des Affaires européennes n'avait que la «réorientation de la politique européenne vers la croissance» à la bouche. Et pour entamer cette réorientation, Bernard Cazeneuve n'avait pas mieux à proposer que le vote du pacte budgétaire qui va peser sur l'activité de ces 5 prochaines années et va surtout, par son lien avec le MES, confirmer l'étranglement des pays en difficulté. Non, il avait également une autre proposition à formuler: le maintien de l'objectif d'un déficit public à 3% du PIB l'an prochain, manière la plus certaine de plonger la France dans le cercle vicieux de la dépression.

 

Faut-il un ultime exemple de ce délire pathologique? La chancelière Angela Merkel a jugé que l'Europe va devoir «faire des efforts» pour «sortir plus forte» de la crise. Par «efforts», la chancelière entendait des «douloureuses réformes» et des «politiques budgétaires plus responsables». Autrement dit, l'Europe doit encore aller plus loin dans l'austérité. C'est du reste ce que vise précisément le pacte budgétaire tant vanté par le gouvernement français. Or, cette politique «d'efforts» que mène la chancelière en Europe depuis 2010 a contribué à plonger l'Europe à nouveau dans la récession. Lundi, le très mauvais indice Ifo montrait que l'économie allemande est à son tour frappée par la vague issue de cette politique. Mais peu importe.

La dérive dépressive européenne

Le bateau Europe va à vau-l'eau. Il se dirige droit vers les récifs de la dépression. Mardi, Standard & Poor's promettait un recul du PIB de la zone euro de 0,8 % cette année. Et les moteurs de croissance de la région sont désormais tous éteints. Tout se passe comme si la Grèce, loin d'être le cas isolé et «exotique» que l'on nous a présenté depuis deux ans, était en fait le précurseur de ce qui menaçait l'Europe. La BCE, qui a pourtant déclenché avec ses annonces du début du mois de septembre cette euphorie des dirigeants européens, ne semble rien pouvoir faire. Baisser ses taux serait inutile, ils sont déjà vainement à un niveau historiquement bas. Quant à sa politique de rachat de titres souverains, elle est soumise à des conditions déflationnistes qui n'auront certes pas d'effets positifs sur la croissance. Reste évidemment le «pacte de croissance» et ses fameux 120 milliards d'euros dont se vantent tant les dirigeants français. Son effet est évidemment nul. Passons même sur ses effets concrets, les révisions à la baisse de toutes les prévisions pour 2013 prouvent assez l'inefficacité de cet amas de mesures hétéroclites et recyclées. Le pire est encore ailleurs: nul n'a pris ce plan au sérieux, le choc de confiance si nécessaire pour les plans de relance n'a pas eu lieu. Et c'est pourtant au nom de ce plan que l'on entend imposer l'austérité généralisée.

 

Mais si la position des dirigeants européens n'est pas cohérente, c'est qu'en réalité, elle est plus morale qu'économique. Elle est basée sur l'idée d'une pseudo faute budgétaire des Européens qui devra être réparée par la souffrance. Et elle se dissimule derrière le vieil argument europhile: quiconque se place en opposition aux dirigeants européens est «populiste» et, partant, discrédité. Ce qui est commode et permet d'avancer l'absence d'alternative à cette politique. C'est pourquoi, ceux qui tentent de s'opposer au pacte budgétaire ou au MES sont immédiatement discrédités, comme l'ont été en 2005 ceux qui se plaçaient dans le camp du «non» à la constitution. Bernard Cazeneuve qui, ce matin, prétendait qu'il n'y a pas de «non constructif» doit certainement s'en souvenir: il faisait alors partie des chefs de file des «nonistes».


On connaît la chanson

80 ans après les effets dramatiques de la politique de déflation salariale et budgétaire des gouvernements européens, leurs successeurs sont aujourd'hui en passe de faire les mêmes erreurs. Du reste, les années 1930 sont tellement à la mode que les chefs de gouvernement européens n'hésitent pas à remettre au goût du jour le fameux succès de Ray Ventura de 1935: «tout va très bien, madame la marquise»...

 

 


 

 

PS: Mario Draghi s'est dit aujourd'hui "optimiste" pour l'avenir de la zone euro...

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:58

 


 
Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 01:21

Petite sortie du député européen britannique du ukip, prononcée au Parlement de Strasbourg le 13 juin dernier. Elle porte principalement sur l'endettement mutuel auxquels doivent consentir des Etats déjà très endettés pour -non pas sauver d'autres Etats- mais les maintenir au sein de la zone euro...

 

Sa conclusion est sans appel "l'Euro Titanic a heurté l'iceberg, et il n'y a malheureusement pas assez de canots de sauvetage..."

 

 


 

 

 

 


Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 20:17

 


 
Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 23:04

 

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 22:40

Peseta

 

La pression contre la dette de l'Espagne a encore fortement augmenté cet après-midi sur les marchés financiers et atteint des niveaux records. La prime de risque, qui est la prime exigée sur les bons du Trésor à 10 ans par rapport aux bons Allemands, la référence, a grimpé de 17 points en un peu plus de deux heures pour s'établir à 495 représentant son plus haut niveau à la fin d'une session dans l'histoire de l'euro. Cela témoigne de l'angoisse croissante des investisseurs sur la capacité de l'Espagne à rembourser ses dettes et rester dans l'euro.

 

En revanche, la bourse de Madrid a atteint cette semaine son plus bas niveau depuis la création de l'euro. Cette baisse est largement imputable au secteur bancaire espagnol, gonflé de créances pourries. La moitié des banques espagnoles a été classé en catégorie spéculative par Standard & Poors.

 

La bourse de Madrid fait toutefois bien mieux que celle d'Athènes qui a perdu 91% de sa valeur en moins de 5 ans!!

 

Heureusement que l'euro est censé nous "protéger"!!

 

 

 

Image-1-copie-8.png

Evolution depuis 1 an de la prime de risque espagnole sur lesobligations d'Etat à 10 ans

 

 

 

Image-2-copie-9.png

Evolution depuis 1 mois de la prime de risque espagnole sur les obligations d'Etat à 10 ans


 

 

Image-3-copie-6.png

Evolution depuis 5 ans de la bourse de Madrid, qui a atteint son niveau le plus bas depuis la création de l'euro

 


Image-6-copie-3.png

Image-5-copie-1.png

Evolution depuis 5 ans de la bourse d'Athènes, qui a atteint son niveau le plus bas depuis la création de l'euro: elle est passé de 5334 points à 485 points!

Repost 0
Published by sortirdeleuro2012 - dans Une aberration économique
commenter cet article

Présentation

  • : Sortir de l'euro 2012
  • Sortir de l'euro 2012
  • : SORTIR DU TITANIC AVANT QU'IL NE COULE!! Ce blog vise à permettre au plus grand nombre de citoyens d'ouvrir les yeux sur la triste réalité du désastre de l'euro, dont le bilan catastrophique est désormais incontestable et dont la fin inéluctable se rapproche à grands pas.
  • Contact

Recherche